• Qu'est ce que la Bio Electrographie ?
  • Histoire
  • Dispositif GDV un outil de médecine intégrative
  • Le biophoton
  • Obtention d'information
  • Revues scientifiques
  • Brochure
  • Tarif

Qu'est ce que la Bio Electrographie ?

C'est un procédé qui permet de faire une lecture de votre champ énergétique éthérique.

Tout possède une vibration dans l’univers. Qu’il s’agisse des atomes, des particules, des électrons et même des pensées, ils envoient tous des vibrations.

Les auras constituent les vibrations électro-photoniques qui proviennent de tous les objets, que l’on voit sous formes de nuances lumineuses et colorées.

Les gens voient des auras depuis des milliers d’années et les artistes ont représenté une aura sur des figures spirituelles avancées comme le Bouddha et le Christ. Un halo brillant autour de la tête servait à sa représentation.

Les auras sont des couleurs qui sont constituées de l’énergie qui vibre dans et autour de nous. Lorsqu’une personne nous approche, nous pouvons ressentir un malaise, comme une intrusion dans notre espace personnel. C’est parce qu’ils sont dans notre champ énergétique et que leur énergie communique avec la nôtre.

C’est l’une des principales raisons pour lesquelles nous devons prendre du recul par rapport à certaines personnes ou garder une certaine distance de sécurité avec eux. Si les vibrations des autres ne sont pas élevées, elles peuvent pénétrer les nôtres et nous troubler. Nous pouvons même ressentir le besoin de nous retirer d’une pièce si l’énergie qui vibre n’est pas saine.

Articles scientifiques / pdf / Liens

https://www.gdv-direct.com/publication/articles-publies-sur-recherches-scientifiques-utilisent-les-dispositifs-bio-well/

Histoire :

Tel était le nom du petit livre d’un médecin de Saint-Pétersbourg, Messira Pogorelsky, où il décrivait ses expériences en bio-électrographie, publié en 1893. De nombreuses photographies de la lumière émise par les doigts, les orteils, les oreilles et le nez montrent comment le rayonnement varie lorsque l’état psychique d’une personne est modifié.

Cependant, ce travail était loin d'être le premier. Dans les années 1770, de nombreux chercheurs ont fait des expériences avec l’électricité.

Ceux qui expérimentaient ne tiraient aucun usage pratique de l'électricité: il restait plus de 100 ans avant l’invention de l’ampoule électrique par Tomas Edison. La vie passait à la lueur des bougies, les monarchies européennes semblaient éternelles et les études scientifiques étaient réservées à l'aristocratie. En 1777, un physicien allemand, Georges Lichtenberg, a touché de son doigt une électrode en métal sous tension, recouverte de verre, alors qu'il était en train d'expérimenter sa machine électrique. Soudain, un éclat d’étincelles a volé tout autour. C’était comme magique, bien qu’un peu effrayant. Lichtenberg recula le doigt et répéta l’expérience. Le doigt placé sur l’électrode brillait d’une lumière bleu vif et des étincelles semblables à des ramifications se dispersaient autour.

Lichtenberg, en tant que scientifique universitaire, a ensuite étudié en détail le comportement de cette fluorescence, bien qu'il ait substitué le doigt par un fil de fer. L’effet était le même, ce qui a suggéré par la suite l’idée qu’une certaine énergie existe dans la matière. Les articles de Lichtenberg, magistralement réalisés en allemand, sont toujours cités dans les livres sur la technique GDV. Des recherches ultérieures ont démontré que la fluorescence électrique n’était pas si rarement rencontrée dans la nature.

500 avant JC : Les Grecs de l'Antiquité employaient des boules d’ambre qu’ils frottaient pour produire des étincelles. C’est l’effet triboélectrique

1541-1603 – Electroscope, William Gilbert

1602-1686 – Machine électrostatique, Otto Querricke & Hauksbee,

1661-1713 – Résultat dans la reproduction de phénomènes électriques en laboratoire

1622 – La déclinaison magnétique varie avec le temps, Edmund Gunter

1671 – L'organe électrique de la raie torpille est étudié, Francesco Redi

1672 – Les tissus vivants réagissent à l’environnement, Francis Glisson

1702 – L’air à basse pression brille lors d’une décharge électrique, Hauksbee

1704 – Electrons, particules, ondes, Newton

1729 – Photométrie, Pierre Bouger

1729 – Courant électrique, Stephen Gray

1731 – Tout peut être chargé d’électricité statique si isolé par des matériaux non conducteurs, Stephen Gray

1746 – La bouteille de Leyde, ancêtre du condensateur, permet de stocker l'électricité statique Elle fut réalisée la première fois en 1745 par Ewald von Kleist

1747 – Un conducteur pointu tire une charge électrique d’un corps chargé, Benjamin Franklin

1747 – Premiers électromètres, abbé Jean-Antoine Nollet (Paris)

1756 – L’électricité, l’origine de la lumière et la théorie des vagues, Mikhail Valilievich Lomonosov

1766 – Tous les nerfs suivent un chemin à travers la colonne vertébrale jusqu’au cerveau et stimulent les muscles, A Von Haller

1766 – Électromètre amélioré, Horace Benedict de Saussure (Suisse)

1766 – Carte d’inclinaison magnétique, Johna Wicke

1771 – Conduction de l’électricité par les tissus, Luigi Galvani

1775 – Premiers condensateurs électriques, Alessandro Volta

1777 – Images électro-graphiques, G C Lichtenberg

Au début du XXe siècle, personne ne se souvenait de cette lueur mystérieuse. Nous avions d'autres problématiques: guerres, révolutions, percées en physique, découverte des antibiotiques et des rayons X – tout le monde était certain que c’était la victoire absolue sur la condition humaine. En 1939, deux Tchèques S. Pratt et J. Schlemmer publient des photographies montrant une curieuse lueur autour des feuilles. La bioélectrographie est redécouverte. La même année, l’ingénieur électricien russe Semyon Kirlian et son épouse Valentina dévelppent leur propre technique après avoir observé un patient qui recevait un traitement médical depuis un générateur électrique à haute fréquence, l’électrothérapie étant populaire à l’époque. Ils ont remarqué que lorsque les électrodes sont amenées près de la peau du patient, on pouvait observer un lueur similaire à celle observée dans un tube néon.

kirlian-bioelectrographie - a photographie Kirlian consistait à placer un film photographique sur une plaque conductrice et à attacher un autre conducteur à la main du sujet, à une feuille un autre élément. Par une courte décharge venant d'une source d’alimentation haute tension à haute fréquence, l’image résultante montrait une silhouette de l’objet, entourée d’une aura de lumière. Les Kirlian's ont publié les résultats de leurs expériences pour la première fois en 1958 et, en 1961, ils ont rapporté que les caractéristiques des « auras » du bout des doigts variaient non seulement chez différentes personnes, mais étaient également affectées par leur statut émotionnel. Si un sujet se sentait anxieux ou se trouvait à l'inverse dans un état de relaxation profonde, il y avait un changement correspondant dans la taille et l’intensité de la lueur.

Leur travail était pratiquement inconnu en Occident jusqu’en 1970, lorsque deux Américains, Lynn Schroeder et Sheila Ostrander, ont publié leur livre intitulé “Découvertes psychiques derrière le rideau de fer”. L’une des enquêtes les plus approfondies a été menée au Centre des sciences de la santé de l’UCLA, où Moss et Johnson ont pris plus de 10 000 photographies Kirlian « modifiées», dont le bout des doigts de plus de 500 personnes et plus de 1 000 feuilles. Ils ont rapporté que de nombreux facteurs affectaient les champs énergétiques humains, tels que l’ingestion d’alcool, la pratique d’exercice de yoga et l’hypnose. Ils ont confirmé que les changements étaient les plus accentués lorsqu'ils ressentaient des émotions différentes, et qu'ils différaient souvent lorsque le chercheur et le sujet étaient de sexe différent, par opposition aux expériences de même sexe. Dans les études impliquant quatre “guérisseurs”, leurs images étaient susceptibles d’être beaucoup plus grandes et plus brillantes avant la séance de guérison que pendant ou après l’intervention. En revanche, les « couronnes » de leurs patients ont fortement augmenté par rapport à leur état initial, ce qui suggère un transfert d’énergie réel du guérisseur. Des différences très marquées dans la couronne ont également été observées avant et après un traitement d’acupuncture. La brillance et la clarté de la couronne étaient particulièrement évidentes lorsque les aiguilles étaient insérées dans des points d’acupuncture connus pour être liés aux problèmes particuliers du patient. Sur la base d'études approfondies, les chercheurs ont conclu que ces modifications ne pouvaient pas être expliquées par des altérations de la résistance cutanée ou des changements de température dus au flux sanguin vasculaire périphérique.

Au XXe siècle, de nombreux chercheurs ont été attirés par la photographie Kirlian, des centaines de livres et d’articles ont été publiés, mais l’acceptation scientifique de la photographie Kirlian demeurait assez limitée car la qualité des équipements utilisés par les premiers chercheurs variait considérablement. Les choses se sont améliorées lorsqu’un groupe multidisciplinaire dirigé par William Eidson, professeur de physique à l’université de Drexel à Philadelphie, a montré qu’il était possible d’imager les paramètres électriques d’un spécimen en temps réel, permettant ainsi de cartographier les champs énergétiques humains et leurs changements rapides. Ce projet de six ans et ses recherches connexes ont été résumés dans un article publié en 1976 dans la prestigieuse revue Science. L’Union internationale de bioélectrographie (IUMAB) médicale et appliquée a été créée en 1987 afin de standardiser l’équipement, les méthodes de recherche et l’acquisition de données.

professeur-korotkov-2Des chercheurs tels que le naturopathe allemand et l’acupuncteur Peter Mandel et Newton

Milhomens au Brésil ont développé leur propre façon d’interpréter la photographie Kirlian des doigts et des orteils humains. Peter Mandel a été l’un des premiers à dynamiser certains points d’acupuncture en utilisant différentes lumières colorées pour obtenir la réponse souhaitée. Toutes ces modalités, ainsi que la stimulation d’acupuncture non-invasive au laser, ont été utilisées et ont connu un certain succès, parfois relatif, chez des milliers de patients au fil des ans. La technologie GDV, nous y venons, (Gas Discharge Visualization) a été développée en Russie en 1995 par l’équipe du professeur Konstantin Korotkov. Le dispositif GDV est un système informatisé de pointe qui a remplacé la photographie Kirlian traditionnelle.

En premier lieu, le GDV permet de visualiser et d'analyser en temps réel les changements d'énergie, car les données sont quantifiées et analysées par des logiciels informatiques. Les résultats sont obtenus si rapidement, le GDV permet une analyse « express » non seulement pour le diagnostic, mais aussi pour détecter les anomalies qui nécessitent une investigation plus approfondie. Plus important encore, étant donné que cette technologie et les protocoles utilisés sont normalisés, les résultats obtenus par différents chercheurs peuvent être comparés à la fiabilité. Les résultats sont interprétés sur la base des connexions énergétiques des doigts avec différents organes et systèmes, via des méridiens utilisés en acupuncture et en médecine traditionnelle chinoise depuis des milliers d'années.

Le dispositif GDV est basé sur la stimulation des émissions de photons et d’électrons provenant d’un objet, lorsque celui-ci est placé dans un champ électromagnétique et soumis à de brèves impulsions électriques. Ce processus est appelé «émission de photo-électrons» et a été soigneusement étudié avec des techniques électroniques de pointe. Les particules émises accélèrent dans le champ électromagnétique, générant des « avalanches » électroniques à la surface de la plaque diélectrique (verre) dans un processus appelé « décharge de gaz glissant». La décharge provoque un éclat de l’excitation des molécules dans le gaz environnant, l'impulsion stimule les émissions « optoélectroniques » qui sont amplifiées dans la décharge de gaz. La lumière produite par ce processus est enregistrée par une caméra CCD (dispositif à couplage de charge) sensible qui la convertit en une image informatique colorée. Les données obtenues à partir des doigts des deux mains sont converties en une image de champ énergétique humain à l’aide d’un logiciel. Cette technologie a des implications extraordinaires pour tous les domaines liés à la santé, y compris les thérapies conventionnelles, complémentaires ou alternatives. Une revue complète de ces applications variées de GDV peut être trouvée dans un livre récent coécrit avec le Dr. E. Yakovleva de l’Université médicale de Moscou.

Des recherches sur le dispositif GDV sont actuellement en cours dans des universités et des instituts de recherche du monde entier, dans les domaines de la médecine, de la médecine énergétique, de l’entraînement sportif, de la biophysique, de la parapsychologie et d’autres disciplines.

Dispositif GDV un outil de médecine intégrative :

La technologie GDV (Gaz discharge visualisation), désormais à portée de tous, est utilisée par un large éventail de professions à travers le monde dans plus de 75 pays à ce jour. Pour les médecins, thérapeutes, chercheurs, géo-biologues le Bio-Well est un outil d'analyse puissant au champ d'application très étendu.

Elle s'inscrit dans une démarche intégrative permettant d'unir différentes formes de thérapies, issues autant de la médecine conventionnelle que complémentaire, afin de prodiguer les meilleurs soins à travers une compréhension holistique de la santé.

Les médecines complémentaires font aujourd'hui l'objet d'études au sein des chaires universitaires de recherches. Par exemple, à l'université Harvard, l'observation des effets de l'acupuncture sur le cerveau a montré que la stimulation d'un point précis provoque une activation neuronale dans une zone cérébrale dont la spécificité est en rapport avec les effets prévus par la théorie chinoise. Il existerait donc des liens cérébro-corporels en dehors des voies neurologiques classiques.

Au Canada et aux États-Unis, plus de 35 universités se sont regroupées au sein du Consortium of Academic Health Centers for Integrative Medicine.

Toutes ces institutions se sont engagées à revoir leur programme d'enseignement de la médecine afin d'y intégrer les approches complémentaires dont les bienfaits ont été prouvés.

Textes repris du site : https://www.gdv-direct.com/histoire-de-la-bio-electrographie/

Le biophoton :

 

Le biophoton (du grec βιο signifiant « vie » et φωτο voulant dire « lumière ») est un photon d’origine biologique qui n'est pas issu d’une réaction enzymatique spécifique. Le biophoton serait une chimiluminescence d’origine biologique qui se distingue de la bioluminescence, par son absence de mécanisme enzymatique. Il se disitngue également par son intensité ultra-faible (de l’anglais, ultra-weak spontaneous photon emission, ou parfois plus simplement ultra-weak photon emission).

Dans les années 1920, une émission « ultra–faible » de photons ultraviolets par les tissus vivants par l’embryologiste russe Alexander Gurwitsch. Il appelle cette radiation « mitogenetic rays » (rayons mitosiques) car il suppose qu’elle a un effet stimulant sur la division cellulaire. Cependant, bien que la croissance cellulaire puisse être stimulée par irradiation à des puissances supérieures, le fait que ces résultats ne soient pas reproductibles fait naître un scepticisme général sur les travaux de Gurwitsch.

En 1953, Irving Langmuir reprend les idées de Gurwitsch. Vers 2002 Fritz-Albert Popp définit le terme “biophoton”, caractérisés par l’intensité de leur émission à la surface des tissus vivants, qui serait de l’ordre de 10 à 1000 photons par centimètre carré et par seconde4.

 

De la lumière émise par les cellules

La biophotonique est un domaine d'étude assez neuf et sujet à une croissance extraordinaire tant le nombre d'applications potentielles est élevé. Plus simplement, les biophotons, comme leur nom l'indique, sont des photons – des particules de lumière – qui sont émises par un organisme vivant, si tant est que l'on sait définir ce qu'est un organisme vivant.

L'émission d'un biophoton est issue de l'ionisation d'une molécule. Ce phénomène se fait de manière aléatoire et l'émission de ces photons serait due à l'effet tunnel et à la distribution statistique de l'énergie de Maxwell.

De manière générale, les études ont montré que les biophotons sont émis dans une bande de fréquence allant de l'ultraviolet à l'infrarouge et couvrant tout le spectre lumineux.

Les biophotons seraient à l'origine de la communication cellulaire, du moins, ils y contribueraient grandement. En quelque sorte, nos cellules communiquent entre elles en émettant des biophotons. L'ADN contenu dans le noyau de la cellule communique également avec le reste de la cellule par émission de biophotons et permettrait la multiplication cellulaire.

La quantité de biophotons est très faible, à tel point qu'ils sont invisibles pour nos yeux. On parle de seulement quelques photons par centimètres carrés et par minute.

L'étude des biophotons est aujourd'hui très controversée, est même considérée comme de la pseudo-science pour beaucoup des scientifiques. Les biophotons seront de plus en plus étudiés, en biologie comme en neurologie, nous n'en sommes qu'à l'aube des découvertes.

Communication biophotonique : les cellules peuvent-elles communiquer à l’aide de la lumière?

L’étude des biophotons, les photons optiques ou ultraviolets émis par les cellules vivantes, distinctement de la bioluminescence conventionnelle, est un des domaines les plus curieux de la biologie actuelle.

La communauté scientifique ne peut encore affirmer comment les cellules produisent des biophotons. Ces dernières années, nous pensons que divers processus moléculaires peuvent émettre des photons, et que ceux-ci sont transportés à la surface des cellules par des excitations énergétiques.

Un processus similaire transporte l’énergie des photons à travers les protéines au cours de la photosynthèse. Quel que soit le mécanisme, un nombre croissant de biologistes sont convaincus que lorsque vous éteignez les lumières, les cellules sont baignées dans écran biophotonique. Les biophotons sont habituellement produits à raison de dizaines par seconde par centimètre carré de culture cellulaire. Ce n’est pas beaucoup et c’est pourquoi la notion que l’activité biophotonique est en réalité une forme de communication cellulaire est quelque peu controversée. Aujourd’hui, Sergey Mayburov à l’Institut Lebedev de physique à Moscou ajoute des éléments de preuve supplémentaires au débat.

Mayburov a passé de nombreuses heures dans le noir à observer les œufs de poisson et à enregistrer les patrons de biophotons émis par ces cellules. Ce dernier cherche à savoir si le flux de photons a une structure discernable, ce qui en ferait un support de communication. Selon lui, c'est le cas. Les flux de biophotons sont constitués de courtes rafales quasi-périodiques, qui, dit-il, sont remarquablement similaires à celles utilisées pour envoyer informatiquement des données binaires. Cela nous aiderait à expliquer comment les cellules peuvent détecter de si faibles niveaux de rayonnement dans un environnement « bruyant ». S’il est vrai, cela pourrait amener les chercheurs à expliquer un certain nombre de phénomènes intéressants, que certains biologistes attribuent à la communication biophotonique. Dans plusieurs expériences, les biophotons d’une plante en croissance semblent augmenter de 30% le taux de division cellulaire dans d’autres plantes. C’est un taux de croissance nettement supérieur à ce qui est possible avec une lumière ordinaire, et ce à plusieurs échelles.

D’autres expériences de Mayburov ont montré que les bio-photons provenant de la croissance des œufs peuvent favoriser la croissance d’autres œufs d’un âge similaire. Cependant, les biophotons provenant d’œufs matures peuvent gêner et perturber la croissance d’œufs plus jeunes à un stade de développement différent. Dans certains cas, les biophotons provenant d’œufs plus âgés semblent arrêter complètement la croissance des œufs immatures. Le travail de Mayburov ne mettra pas fin à la controverse; loin de là. Il y a encore beaucoup de questions en suspens. Un problème important est de mieux comprendre les mécanismes cellulaires au travail – comment les mécanismes moléculaires à l’intérieur des cellules produisent des photons et comment ils peuvent être influencés par ces derniers.

Obtention d'information :

La caméra Bio-Well GDV permet d'établir des bilans bioénergétiques fiables et reproductibles et notamment d’évaluer:

a.  la réserve d’énergie des différents organes et systèmes
b.  la répartition énergétique entre les côtés gauche et droit du corps
c.  la qualité énergétique de chacun des méridiens
d.  l’énergie des chakras
e.  l’équilibre yin/yang

•  la façon de gérer notre énergie, notre capacité à nous ressourcer
•  le niveau de stress
•  les biorythmes
•  l’équilibre précis de chaque organe
•  la qualité du terrain global d’un individu

 

Applications dans le domaine des thérapies :

•  Analyse psycho-énergétique d’une personne pour mieux définir l’acte thérapeutique
•  Contrôle de la durabilité de l’effet positif d’une thérapie
•  Recherche du remède le mieux adapté à une personne
•  Contrôle de l’état énergétique du thérapeute

Documentation :

Brochure :

Chaque situation nécessite un entretien au préalable pour définir le tarif.

Défilement vers le haut